Champs d’application

De nombreux groupes internationaux cotés en bourse ont fait le choix du reporting intégré (Engie est notamment, en France, le premier groupe du CAC 40 à avoir publié en 2015 un rapport intégré).

Le cadre de référence du reporting intégré est cependant adapté à toutes les entreprises quels que soient :

  • leur secteur (industrie, service, distribution…),
  • leur stade de développement (création, amorçage, levée de fonds…),
  • leur taille (grands groupes, ETI, PME…),
  • leur situation (bénéficiaires, sous performantes, en redressement…),
  • leur statut (sociétés cotées, branches d’activité, entreprises familiales, participations de fonds d’investissement, sociétés coopératives…).

Dans le cas d’associations, de services publics ou de collectivités locales, le reporting intégré peut être utilisé pour informer les citoyens concernés (donateurs, contribuables et électeurs, selon les cas) sur la manière dont ces organisations créent de la valeur pour l’ensemble de leurs parties prenantes.

Exemples de rapports intégrés publiés par des sociétés françaises : Engie, Eurazeo PME, Gecina, Mazars, Sanofi (cadre de référence pris en compte dans le rapport RSE 2014), Vivendi (inséré dans le document de référence 2015). Un exemple au Canada : Bombardier (rapport d’étape) (cf. Liens utiles).