Reporting intégré

ICBV utilise notamment le cadre de référence du Reporting Intégré.

Publié en décembre 2013 par l’IIRC, le Reporting Intégré constitue une démarche structurante tant du point de vue interne, afin de faciliter la mise en œuvre d’une Gestion Intégrée (« Integrated Thinking »), que du point de vue externe, afin d’établir un Rapport Intégré (« Integrated Report »).

Le but principal du Rapport intégré est d’expliquer aux apporteurs de capital financier comment l’organisation crée de la valeur au fil du temps, pour elle-même (sous la forme de capital financier, manufacturier et intellectuel) mais aussi pour autrui (à savoir pour l’ensemble de ses parties prenantes – clients, salariés, partenaires, investisseurs … et plus généralement pour son environnement naturel et sociétal, sous la forme d’externalités) (cf. Démarche).

Concis et sélectif, il doit contenir des informations financières et d’autres informations pertinentes, portant sur son écosystème, son modèle économique, ses capitaux, ses parties prenantes et son environnement, sous une forme narrative mais également quantifiée (indicateurs clés de performance).

En ce qui concerne les sociétés cotées, le Rapport intégré est destiné, soit à constituer un document indépendant par rapport aux autres publications (rapport financier annuel, rapport sur le développement durable…), éventuellement regroupées dans un document de référence, soit à être intégré en tant que chapitre introductif de ce document de référence.

Dans un premier temps destiné au secteur privé (et pour des entreprises de toute taille : PME, ETI et grands groupes), il pourrait être adapté au secteur public, aux collectivités locales et aux organismes à but non lucratif (cf. Champs d’application).

Pour mémoire, le conseil de l’IIRC (International Integrated Reporting Council) regroupe les représentant de nombreuses organisations (entreprises, associations professionnelles, fonds d’investissement, fondations …) telles que l’IFAC, l’IASB, Deloitte, KPMG, le WWF, le GRI, Microsoft ou Nestlé.

Si la communauté financière française semble encore hésitante quant à l’adoption du cadre de référence proposé par l’IIRC, de plus en plus de parties prenantes reconnaissent l’intérêt d’une telle démarche visant synthétiser l’information destinée aux investisseurs (et plus largement, à l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise) dans un rapport de plus intégré (cf. Points de vue).

Formation professionnelle continue disponible : ICBV – Formation Reporting intégré.

cropped-cropped-Image-sans-titre.png